H.G. Wells

Auteur de « The New World Order » (1940) il avait pour professeur de biologie Thomas Huxley – grand père d’Aldous Huxley (à qui l’on doit l’autre programme romancé en 1932 « A Brave New World ») et ami de Charles Darwin.


Selon Wikipedia.fr [H.G. Wells]

Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells, né le 21 septembre 1866 à Bromley dans le KentRoyaume-Uni et mort le 13 août 1946 à Londres, est un écrivain britannique surtout connu aujourd’hui pour ses romans de science-fiction. Il fut cependant également l’auteur de nombreux romans de satire sociale, d’œuvres de prospective, de réflexions politiques et sociales ainsi que d’ouvrages de vulgarisation touchant aussi bien à la biologie, à l’histoire qu’aux questions sociales.

L’écrivain

Le premier best-seller de Herbert George Wells fut Anticipations, paru en 1901. C’est peut-être son œuvre la plus explicitement futuriste, elle portait le sous-titre « Une expérimentation en prophétie » (An Experiment in Prophecy) lorsqu’elle parut tout d’abord par épisodes dans un magazine. Ce livre est intéressant à la fois pour ses bonnes intuitions (les trains et les voitures résultant de la migration des populations des centres-villes vers les banlieues ; les restrictions morales déclinant lorsque hommes et femmes recherchent davantage de liberté sexuelle) et pour ses erreurs (« mon imagination refuse de voir un sous-marin quelconque faire autre chose qu’étouffer son équipage et sombrer au fond des mers »).

Statue d’un tripode de La Guerre des mondes, érigée dans le centre-ville de Woking en Grande-Bretagne

Ses premiers romans, qu’on appelait à l’époque des « romances scientifiques », inaugurèrent un grand nombre de thèmes devenus de grands classiques en science-fiction, comme La Machine à explorer le tempsL’Île du docteur MoreauL’Homme invisible et La Guerre des mondes (tous quatre portés à l’écran), et furent souvent considérés comme largement influencés par les œuvres de Jules Verne. Mais Wells refusait lui-même le titre de « Jules Verne anglais » comme il l’expliqua dans une préface qu’il écrivit pour une réédition de ses romans scientifiques (Scientific romances) en 1933. Wells opposait ses œuvres d’imagination et les romans d’anticipation du Français. Ses inventions n’avaient pas pour but de montrer ce qui allait se produire réellement, mais à simplement prendre possession du lecteur par l’illusion romanesque. Il comparait ses romans à L’Âne d’or d’Apulée, à l’Histoire véritable de Lucien de Samosate, à Peter Schlemil d’Adelbert von Chamisso et à Frankenstein de Mary Shelley. Wells écrivit d’autres romans, non fantastiques, qui reçurent un très bon accueil de la part des critiques, comme Tono-Bungay et Kipps. Wells fut également l’auteur de plusieurs douzaines de nouvelles, la plus connue étant The Country of the Blind (1911).

Même s’il ne s’agit pas d’un roman de science-fiction, Tono-Bungay fait une large part à la désintégration radioactive. Celle-ci joue un rôle-clé dans The World Set Free parue en 1914 (le titre français est La Destruction libératrice). Ce récit contient ce qui peut être considéré comme sa meilleure intuition prophétique. Les scientifiques de l’époque savaient que la désintégration du radium dégageait de l’énergie à faible rayonnement pendant des milliers d’années. Le taux de rayonnement était trop faible pour avoir une quelconque utilité pratique, mais la quantité totale d’énergie libérée était énorme. Le roman de Wells tourne autour d’une invention non spécifiée qui accélère le processus de désintégration radioactive afin de produire des bombes qui explosent avec une puissance digne d’explosifs ordinaires, mais qui continuent d’exploser pendant des jours et des jours. Leó Szilárd reconnut que ce livre lui inspira la théorie de la réaction nucléaire en chaîne.

L’engagement politique

Herbert George Wells en 1943

H. G. Wells se considérait comme socialiste, même s’il se trouvait occasionnellement en désaccord avec certains autres socialistes de son époque. Il fut membre de la Fabian Society, mais la quitta ensuite parce qu’il jugeait cette organisation beaucoup plus radicale qu’il ne l’aurait voulue. Il devint même l’un de ses adversaires les plus acharnés, reprochant à ses membres d’avoir une piètre compréhension des problèmes économiques et éducatifs. Il fut également le candidat du Labour Party à l’Université de Londres en 1922 et 1923, mais même à cette époque sa foi en son propre parti était pour le moins fragile. Ses réflexions sur le socialisme imprègnent certains de ses romans d’anticipation, tels que La Machine à explorer le temps et Les Premiers Hommes dans la Lune, romans dans lesquels les héros découvrent respectivement dans l’avenir et sur la lune, des sociétés nouvelles. Dans La Guerre des mondes il met en parallèle les attaques martiennes contre la terre et les pratiques génocidaires de l’Empire britannique en Tasmanie.

Son idée politique la plus féconde concernait la nécessité de créer un État-Monde. D’après son autobiographie, il considérait qu’à partir de 1900 un État-Monde était inévitable. Si les détails de cet État-Monde ont varié au cours du temps, son principe fondamental consistait à organiser une société qui favoriserait les sciences, mettrait fin aux nationalismes et permettrait aux citoyens de progresser en fonction de leurs mérites et non plus en fonction de leur naissance. À l’époque où il pensait qu’un État-Monde était inévitable, il réalisa également que le type de démocratie parlementaire qui était pratiquée à l’époque n’était pas satisfaisante. Ainsi, lorsqu’il travailla à la Charte des Nations unies, il s’opposa à toute mention du terme démocratie. Par ailleurs, il craignait que le citoyen moyen ne fût jamais suffisamment éduqué ou éclairé pour traiter des problèmes majeurs du monde. C’est la raison pour laquelle il pensait devoir limiter le droit de vote aux scientifiques, ingénieurs et autres gens de mérite. Mais il défendait en même temps l’idée que les citoyens devaient jouir du maximum de liberté possible, tant que celle-ci ne restreignait pas celle d’autrui. Toutes les valeurs que défendait H. G. Wells furent de plus en plus critiquées à partir des années 1920.

Jusque dans les années 1930, Wells resta convaincu de la nécessité de créer un État-Monde. Dans cette perspective, il accueillit avec enthousiasme les tentatives de Lénine de reconstruire l’économie russe, comme il le rapporta dansRussia in the Shadows (1920). Au départ, H. G. Wells pensait que Lénine pourrait engager la construction du monde planifié dont il rêvait, même s’il était lui-même socialiste foncièrement anti-marxiste, allant jusqu’à affirmer que le monde se porterait mieux si Karl Marx n’avait jamais existé. Ensuite, la politique de Joseph Staline le conduisit à changer de point de vue sur l’Union soviétique, bien que sa première impression sur Staline fût plutôt mitigée. Il n’appréciait pas ce qu’il considérait être chez Staline une orthodoxie obtuse, mais il fit tout de même l’éloge de ses qualités, disant qu’il n’avait « jamais rencontré un homme plus juste, plus candide et plus honnête », rejetant ainsi la sombre réputation de Staline comme injuste, voire fausse. Il n’en jugeait pas moins la manière de gouverner de Staline bien trop rigide, ne laissant aucune place à la moindre pensée indépendante, et trop obtuse pour réellement mener à la Cosmopolis qu’il appelait de ses vœux.

À la fin de sa vie, il avait perdu beaucoup de son influence dans les milieux politiques. Ses efforts pour aider à la création de la société des Nations se soldèrent par une profonde déception, lorsque cette organisation se révéla incapable d’empêcher la Seconde Guerre mondiale. La guerre elle-même le rendit de plus en plus pessimiste. Dans son dernier livre, Mind at the End of its Tether (1945), il jugea que ce ne serait pas une si mauvaise idée de remplacer l’espèce humaine par une autre espèce. D’ailleurs, il appelait cette époque « l’ère de la frustration ». Il passa ses dernières années à critiquer l’Église catholique romaine et un voisin qui faisait de la réclame pour un club militaire. Comme il consacra les dernières années de sa vie à défendre des causes perdues, sa réputation littéraire déclina également. Cela dit, The Happy Turning, petit livre daté de 1944, recèle encore beaucoup d’esprit et d’imagination.


Selon Wikipedia.en [H.G. Wells]

Teacher

The years he spent in Southsea had been the most miserable of his life to that point, but his good fortune at securing a position at Midhurst Grammar School meant that Wells could continue his self-education in earnest. The following year, Wells won a scholarship to the Normal School of Science (later the Royal College of Science in South Kensington, now part of Imperial College London) in London, studying biology under Thomas Henry Huxley. As an alumnus, he later helped to set up the Royal College of Science Association, of which he became the first president in 1909. Wells studied in his new school until 1887 with a weekly allowance of twenty-one shillings (a guinea) thanks to his scholarship. This ought to have been a comfortable sum of money (at the time many working-class families had « round about a pound a week » as their entire household income) yet in his Experiment in Autobiography, Wells speaks of constantly being hungry, and indeed, photographs of him at the time show a youth very thin and malnourished.


Selon Pierre Hillard [Histoire du « Nouvel ordre mondial »Voltairenet.org]

La société fabienne (Fabian Society)

Imprégné de l’idéal fabien, H.G Wells a su développer ses vues dans de nombreux livres. Auteur à succès comme L’Homme invisibleLa Machine à remonter le temps ou encore La Guerre des mondes, cet écrivain anglais a su répandre ses convictions dans un ouvrage paru en 1928, Open conspiracy (« conspiration ouverte ») [41] , prônant un Etat mondial sans classe, contrôlant tout (« une nouvelle communauté humaine » selon son expression), encourageant la réduction drastique de la population mondiale et la pratique de l’eugénisme. En fait, dès le début, H.G Wells a présenté ses théories dans un ouvrage méconnu et dont le titre correspond exactement à la formule maçonnique Ordo ab chao : La Destruction libératrice. Paru en 1914, cet ouvrage raconte l’histoire d’une guerre généralisée aboutissant à la création d’un Etat mondial constitué en 10 blocs (« 10 circonscriptions » selon la formule de l’auteur [42]). C’est dans ce livre – rappelons-le paru en 1914 – que l’on retrouve l’expression « Nouvel ordre mondial » [43]. Par la suite, H.G Wells a récidivé en publiant un livre en 1940 au titre sans équivoque :Le Nouvel ordre mondial [44].

Tous ses représentants fabiens fréquentaient et collaboraient de près ou de loin avec l’équipe de Cecil Rhodes puis de Lord Milner. Un véritable esprit de corps en faveur d’un but commun, un Etat mondial, animait ces différentes personnes. Ces élites anglo-saxonnes, qui ne sont que la suite logique de ces aristocraties commerciales du Moyen-Âge, ont continué à rassembler leurs forces au sein d’autres clubs comme la Pilgrim Society en 1902 à Londres et à New York [45]. La vitesse supérieure fut atteinte, en 1910, avec la création de la Round Table.


Selon Epiphanius [Maçonnerie et Sectes secrètes : Le côté caché de l’Histoire, Editions Courrier de Rome 2005]

Chapitre XI – Les Sociétés secrètes européennes [page 169]

Aldous Huxley, avec son frère Julian, eut pour tuteur à Oxford H.G. Wells, membre lui aussi de la Golden Dawn, qui le présenta à Aleister Crowley. Entre-temps Aldous avait été initié aux « Fils du Soleil », secte dionysiaque à laquelle appartenaient les fils de l’élite de la Round Table britannique. Golden Dawn et en 1929 lui fit connaître les drogues psychédéliques, de telle sorte que, vers la fin des années trente, Huxley, en collaboration avec Christopher Isherwood, Thomas Mann et sa fille, Elisabeth Mann-Borghese née en 1918, jeta les bases de ce qui serait la culture du L.S.D., dans le cadre du culte d’Isis.

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s