Giuseppe Mazzini

René Guénon : « À Londres, elle [NDLR : Mme Blavatsky] fréquenta à la fois les cercles spirites (c’est là qu’elle connut Dunglas Home, le médium de Napoléon III, dont il sera question plus loin) et les milieux révolutionnaires ; elle se lia notamment avec Mazzini et, vers 1856, s’affilia à l’association carbonariste de la « Jeune Europe » » [Le Théosophisme – Histoire d’une pseudo-religion, chapitre I].

Selon Wikipedia.fr [Giuseppe Mazzini]

Giuseppe Mazzini, né le 22 juin 1805 à Gênes et mort le 10 mars 1872 à Pise, est un révolutionnaire et patriote italien, fervent républicain et combattant pour la réalisation de l’unité italienne. Il est considéré avec Giuseppe Garibaldi,Victor-Emmanuel II et Camillo Cavour, comme l’un des « pères de la patrie ».

Mazzini a participé et soutenu tous les mouvements insurrectionnels en Italie qui se sont avérés pour leur grande majorité des échecs mais son action a eu pour effet d’ébranler les petits États de la péninsule et d’inquiéter les plus grands comme le Royaume de Sardaigne, puis le Royaume d’Italie à partir de 1861, la France et l’Empire d’Autriche dont Metternich, Premier ministre autrichien, dit de lui : « J’ai dû lutter avec le plus grand des soldats, Napoléon. Je suis arrivé à mettre d’accord entre eux les empereurs, les rois et les papes. Personne ne m’a donné plus de tracas qu’un brigand italien : maigre, pâle, en haillons, mais éloquent comme la tempête, brûlant comme un apôtre, rusé comme un voleur, désinvolte comme un comédien, infatigable comme un amant, qui a pour nom : Giuseppe Mazzini. »1.

Ses idées et son action politique ont largement contribué à la naissance de l’État unitaire italien alors que les condamnations des différents tribunaux de l’Italie l’ont forcé à l’exil et la clandestinité jusqu’à sa mort. Les théories mazziniennes sont d’une grande importance dans la définition du mouvement moderne européen par l’affirmation de la démocratie à travers la forme républicaine de l’État. En politique italienne, il constitue une référence permanente ce qui lui a valu d’être récupéré par toutes les tendances politiques : le fascisme, la résistance et sa famille républicaine.

Selon Wikipedia.fr [Giovine Europa]

Giovine EuropaJeune Europe en italien, est un mouvement révolutionnaire fondé en 1834 à Berne par Giuseppe Mazzini1.

Historique

Giuseppe Mazzini, révolutionnaire italien et ancien carbonari, fonde en 1834 le mouvement Giovine Europa en Suisse, où il était alors exilé. Ce mouvement révolutionnaire avait pour but de fédérer les différents mouvements nationalistes européens (irlandais, grecs, polonais, italiens…) qui aboutissent en 1848 au « Printemps des peuples. »

Le groupe est construit sur le modèle de son précédent mouvement Giovine Italia, c’est-à-dire un mouvement à la fois politique et culturel. Ce fut un échec mais la figure de Giuseppe Mazzini est restée très populaire dans les mouvements nationalistes européens.

Selon Wikipedia.fr [Helena Blavatsky]

Deuxième série de voyages (1865-1873)

Début 1865, HPB visite les Balkans, la Grèce, l’Égypte, la Syrie (chez les Druzes)6 et l’Italie où Giuseppe Mazzini l’initierait au carbonarisme. Elle prétend avoir combattu aux côtés de Giuseppe Garibaldi à la bataille de Mentana (1867), où elle aurait été blessée cinq fois. En 1868, la voici àF lorence, en Serbie, puis en Inde, et d’après elle pour la seconde fois, au Tibet. Elle rencontrerait alors le Maître Koot Hoomi au Ladakh), de 1868 à 1870.

Selon René Guénon [Le Théosophisme – Histoire d’une pseudo-religion]

Chapitre I – Les Antécédents de Mme Blavatsky

À Londres, elle (NDLR : Mme Blavatsky) fréquenta à la fois les cercles spirites (c’est là qu’elle connut Dunglas Home, le médium de Napoléon III, dont il sera question plus loin) et les milieux révolutionnaires ; elle se lia notamment avec Mazzini et, vers 1856, s’affilia à l’association carbonariste de la « Jeune Europe».

 

Publicités

Un commentaire

  1. A reblogué ceci sur documentation.erlandeet a ajouté:
    Et voila pourquoi l’Italie est toujours divisée en trois morceaux principaux-nord,centre,sud-et mille morceaux locaux,avec leurs forces et faiblesses respectives et l’art de la combinzione pour faire tenir debout et uni un pays divisé que seul le catholicisme a pu,après la guerre,avec le Parti démocrate-chrétien et son chef de Gasperri très majoritaire puis qui sombra dans la déliquescence et la corruption pour donner le spectacle aflligeant actuel,typiquement démocratique.Comme en son temps,un Mussolini,ex-socialiste, se cache peut-être derrière le nouveau chef de la Ligue du Nord qui s’étend désormais sur tout le territoire et veut remettre de l’ordre dans le pays.
    Alors les pleureuses démocratiques verseront leurs habituels torrent de larme de crocodiles archaïques et aveugles mais il sera trop tard.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s