Dracula

Au-delà de l’esthétisme et de la fidèle description de la haute bourgeoise britannique de la fin XIXe, l’oeuvre peut être vue comme une sorte d’allégorie sur certaines assemblées rosicruciennes et frankistes (Maître R. et Comte D. n’étant semble t’il qu’une seule et même chose à diverses époques) situées entre la Roumanie et la Transylvanie. C’est en Angleterre, à la Golden Dawn que l’auteur irlandais rencontra le géographe hongrois Ármin Vámbéry (agent britannique proche des milieux ottomans, converti juif, chrétien, sunite et chiite) qui, outre lui avoir fourni les détails nécessaires (Stoker n’avait jamais mis les pieds dans ces contrées) lui a également insufflé l’esprit.
Lire la suite

Rudolf Steiner

Nommé Secrétaire général de la branche allemande de la Société Théosophique par Annie Besant, fondateur de la revue Luzifer (1904, renommée Lucifer-Gnosis) et de l’anthroposophie inspirant la pédagogie Steiner-Waldorf (près de 1,000 écoles dans le monde) Rudolf n’aura pu malheureusement voir l’UNESCO valider (1994) ses théories éducatives…
Lire la suite

Hermetic Society

Cette branche de la Société Théosophique (1875, par Helena Blavatsky) a été fondée par Anna Kingsford en 1884. Cette dernière, auteur de « The Perfect Way, or Finding of Christ » en 1882 (qui aurait influencé Henri Bergson selon René Guénon), voulait utiliser cet ordre pour « faire repartir l’Église à zéro, qui selon elle avait perdu ses fondamentaux issus de l’ésotérisme païen (mystères hermétiques égyptiens ou grecs) et voulait nettoyer le christianisme de tous les ajouts et distorsions qui s’y étaient agrégés depuis l’origine. Là se trouvait son principal point de désaccord avec les théosophes : pour eux l’étude des traditions ésotériques et occultes prouvaient les absurdités du christianisme et donc sa disqualification. »
Lire la suite

Armin Vambery

Géographe hongrois, converti à quatre reprises (juif, chrétien, sunnite, chiite), agent britannique, proche des sultans ottomans, intermédiaire entre Theodor Herzl et le sultan Abdul Hamid II (dont il est le confident) en vue de céder la Palestine aux Juifs, dès son plus jeune âge, Ármin a fait preuve de duplicité et d’un don des langues (en parle sept, il « devine » des racines communes et écrit le premier dictionnaire hongro-turc). Frankiste en Transylvanie et sabbataïste en territoire turc, Arminius fit aussi le médiateur entre Mme Blavatsky (qui allait par la suite fonder la Société Théosophique) et de sombres assemblées du côté d’Agàrd, ainsi que des représentants (rois du monde en guénonien) situés en Asie Centrale. D’ailleurs, c’est à la Golden Dawn qu’il fait la connaissance d’un certain Bram Stoker et lui donne les détails sur le comte Dracula, ou plutôt ce dont il est derrière question…
Lire la suite

Bram Stoker

La réalité sous la fiction : « Or, quatre siècles plus tard, on retrouvait ce même rituel d’Abramelin au sein de la Golden Dawn, à laquelle appartenait Bram Stoker, l’auteur de Dracula ! […] pour éviter les foudres de l’Angleterre victorienne, avait « moralisé » la fin de son roman, en faisant mourir Dracula. En fait il s’agissait, là encore, de détourner les soupçons. Doit-on en conclure que les « vampires personalities » qu’il affirme avoir rencontrées à Londres n’étaient autres que ses frères en initiation ? » (Jean Robin, La véritable mission du comte de Saint-Germain).

Lire la suite

Theodor Reuss

Anglo-allemand, journaliste, chanteur (jeune il fût même présenté à Ludwig II de Bavière), espion pour la police prussienne. Impliqué dans la Socialist League et très actif dans les milieux lucifériens : membre de la Golden Dawn, fondateur de l’Ordo Templo Orientis (avec Carl Kellner, y fit gravir Aleister Crowley dont il était proche) ainsi que de l’Ecclesia Gnostica Catholica, Theodor était aussi le principal auxiliaire d’un certain John Yarker…
Lire la suite

Aleister Crowley

René Guénon : « Je ne pense pas qu’il faille les [des actions magiques] attribuer à l’O.T.O., qui n’est guère dangereuse que politiquement ; Cr[owley] est surtout un espion doublé d’un escroc et je crois fort peu à ses pouvoirs de magicien ». Ainsi, au-delà d’une vie romanesque : Aleister fit partie du premier duo à gravir le K2, fût initié à la Golden Dawn, le fondateur de l’Ordo Templi Orientis et membre d’autres ordres lucifériens, faisant de lui l’occultiste le plus adulé – et craint – du XXème siècle. Sa sulfureuse réputation, bâtie autour de célèbres déclarations (« Avant Hitler je fus », parodie de la Bible), frasques orgiaques (150 infanticides revendiqués) et d’apparitions médiatiques (présent sur la pochette de Sergent’s Pepper, sa propriété fût achetée par Jimmy Page, George Lucas prête ses traits à Darth Vader…), n’empêchant pas d’être agent anglais, américain (ombre du Colonel House) et allemand à la fois… Lire la suite