Dracula

Au-delà de l’esthétisme et de la fidèle description de la haute bourgeoise britannique de la fin XIXe, l’oeuvre peut être vue comme une sorte d’allégorie sur certaines assemblées rosicruciennes et frankistes (Maître R. et Comte D. n’étant semble t’il qu’une seule et même chose à diverses époques) situées entre la Roumanie et la Transylvanie. C’est en Angleterre, à la Golden Dawn que l’auteur irlandais rencontra le géographe hongrois Ármin Vámbéry (agent britannique proche des milieux ottomans, converti juif, chrétien, sunite et chiite) qui, outre lui avoir fourni les détails nécessaires (Stoker n’avait jamais mis les pieds dans ces contrées) lui a également insufflé l’esprit.
Lire la suite

Armin Vambery

Géographe hongrois, converti à quatre reprises (juif, chrétien, sunnite, chiite), agent britannique, proche des sultans ottomans, intermédiaire entre Theodor Herzl et le sultan Abdul Hamid II (dont il est le confident) en vue de céder la Palestine aux Juifs, dès son plus jeune âge, Ármin a fait preuve de duplicité et d’un don des langues (en parle sept, il « devine » des racines communes et écrit le premier dictionnaire hongro-turc). Frankiste en Transylvanie et sabbataïste en territoire turc, Arminius fit aussi le médiateur entre Mme Blavatsky (qui allait par la suite fonder la Société Théosophique) et de sombres assemblées du côté d’Agàrd, ainsi que des représentants (rois du monde en guénonien) situés en Asie Centrale. D’ailleurs, c’est à la Golden Dawn qu’il fait la connaissance d’un certain Bram Stoker et lui donne les détails sur le comte Dracula, ou plutôt ce dont il est derrière question…
Lire la suite

Bram Stoker

La réalité sous la fiction : « Or, quatre siècles plus tard, on retrouvait ce même rituel d’Abramelin au sein de la Golden Dawn, à laquelle appartenait Bram Stoker, l’auteur de Dracula ! […] pour éviter les foudres de l’Angleterre victorienne, avait « moralisé » la fin de son roman, en faisant mourir Dracula. En fait il s’agissait, là encore, de détourner les soupçons. Doit-on en conclure que les « vampires personalities » qu’il affirme avoir rencontrées à Londres n’étaient autres que ses frères en initiation ? » (Jean Robin, La véritable mission du comte de Saint-Germain).

Lire la suite

Helena Blavatsky

Mystérieuse russe initiée en Italie au carbonarisme par Mazzini, rencontrant au Ladakh « le Mahatma » (Koot Hoomi), co-fondatrice de la Société Théosophique – préfigurant l’UNESCO sur « l’étude comparée des religions, sciences et philosophies de l’humanité » – Mme Blavatsky, « impressionnante » selon ceux qui la rencontraient, aura marqué son siècle, donc le nôtre ! Lire la suite

Theosophical Society

Co-fondée en 1875 par Helena Blavatsky, cette « Fraternité Humaniste » recherchant la « Sagesse Universelle » et reliant des doctrines rosicro-lucifériennes (ses premiers membres venaient de la Golden Dawn ou étaient inspirés de la HBL ou des Carbonari) à des doctrines hindoues découvertes puis resservies en Inde même – impérialisme britannique aidant – par sa présidente Annie Besant (membre de la Fabian Society, sous la responsabilité de Thomas Huxley à l’University College, on dit qu’elle aurait rencontré « Maïtre R »…) la « Religion Mondiale » a fait découvrir aussi bien à l’Orient qu’à l’Occident un nouveau messie instructeur, un certain Krishnamurti…
Lire la suite